Et si ISIS parlait …

« Vous êtes une Âme forte en plein éveil. Vos pensées, vos émotions et votre monde intérieur sont en train de changer, tout comme l’univers qui vous entoure. »

« Quand une Âme gagne en force et en pouvoir, elle a besoin de conseils pour faciliter son accession à une nouvelle façon d’être. Un peu comme si un ami expérimenté l’aidait à négocier les embûches de l’existence et à atteindre des sommets avec encore plus de grâce. La déesse Isis est ce Guide Divin qui vous appelle à incarner votre Pouvoir Divin  par le biais de l’Oracle que vous tenez entre les mains. »

« En ces temps de croissance spirituelle et de transition, elle vous offre Son savoir et ses suggestions. Comme elle vous aime, elle voudrait que vous resplendissiez de tout votre être, que vous vous sentiez fort(e) et éclairé(e). Isis a connu nombre d’aventures qui L’ont fait grandir ; elle Lui ont conféré force, amour, compassion et féroce sagesse. Elle sait que l’amour a le pouvoir de guérir, et qu’il ne faut jamais laisser les gens négatifs, jaloux ou peureux détruire ce que l’on a de plus précieux. Ces leçons ont fait naître en Elle toutes ces qualités qu’Elle souhaite partager à présent avec vous, de sorte que vous aussi brilliez au ciel du monde. »

 

QU’EST-CE QU’UN INITIE DE LA LUMIERE ?

« Isis est particulièrement attachées à certaines âmes, qu’elle appelle « Initiés de la Lumière ». Votre intérêt pour cet Oracle vous désigne comme l’une d’entre elles. Un Initié est une Âme venue sur Terre pour évoluer spirituellement à un rythme accéléré. Cela veut dire que votre vie ne sera certes pas toujours facile, mais que vous verrez souvent la lumière au bout du tunnel, que vous connaîtrez de grandes expériences spirituelles et que vous œuvrerez pour le bien de l’humanité en aidant les autres à favoriser l’amour au profit de la peur.  »

« Les Initiés de la Lumière sont ces âmes qui apprennent à ne pas se laisser consumer par les ténèbres, symboles de peur, de jalousie ou de négativité. Les Initiés de la Lumière, tout comme vous, découvrent que l’ombre encourage à développer sa lumière intérieure et à vivre en accord avec l’ultime vérité, celle qui dit que l’amour peut tout vaincre. »

« Cette certitude permet aux Initiés de se forger une grande force spirituelle qu’ils mettent au service de la lumière pénétrante de l’amour. S’ils font cela, c’est parce qu’ils veulent vraiment ; ils ont le sentiment de ne pas avoir le choix. Servir l’éveil de l’humanité leur est aussi indispensable que de respirer ! »

« Un Initié de la Lumière apprend que la lumière est en toute chose. Même les gens, les endroits et les circonstances d’aspect sombre ont en eux comme une lueur. Elle peut être invisible ; il se peut que nous ne la voyions pas si la personne ou la situation concernée nous a déjà fait peur ou mis mal à l’aise. Pourtant, elle est bien là, prête à se montrer. »

« L’Initié(e) qui découvre la lumière cachée derrière les ténèbres se sent plein de joie, d’émerveillement, d’humilité et de respect pour cet Infini qui s’ouvre dans toute sa beauté. La vie a beau demeurer un grand mystère pour les Initiés, leur voyage leur semble plein de joie et d’amour. La relation qui se noue entre la vie et un Initié ressemble à celle qui unit un Enfant Divin à son Père et à sa Mère Divins. La vie devient Sacrée. »

« Vous vous doutez bien que l’Initié de la Lumière se doit d’être courageux, tolérant et curieux de la vie, prêt à se rendre là où son Âme le lui suggère. Spirituellement parlant, il se montre téméraire et fait preuve d’énormément d’optimisme et de foi en sa propre capacité à évoluer. Vous n’avez peut-être pas encore compris que vous êtes cette personne ! En tant qu’Initié en route vers la spiritualité, vous avez aujourd’hui beaucoup de valeur pour notre planète car vous progressez sans arrêt sur la voie de l’éveil. Ainsi, vous faites office de guide au service de ceux qui cherchent la bonne direction, voguant dans la nuit noire sur des flots démontés. »

isi

Source : L’Oracle d’Isis [Alana Fairchild]. 44 cartes « Divinement » illustrées.
Illustration : Graine d’Eden.

Note: cela m’a profondément titillée de ‘féminiser’ les articles et adjectifs comme je le fais souvent dans mes propres textes sur mes autres blogs – exemple : « Fort(e) et Eclairé(e) » – mais je me suis faite violence pour laisser le texte (quasiment) tel qu’il est. Excepté le passage en question que je viens de citer.

(…)

Je cite en bonus le descriptif de son site car je le trouve très Vibrant.
EVE KORRIGAN
La quête du bien-être n’a pas été une passion naturelle. Disons qu’elle est devenue une nécessité quand tout s’est effondré autour de moi, et qu’il a fallu que je trouve une bouée pour ne pas couler. C’est ainsi que je me suis intéressée aux chakras, à la méditation, aux cartes de développement personnel, à la guidance et tant d’autres méthodes et outils. J’ai beaucoup lu, exercé et testé des techniques qui ont eu une résonance en moi… ou pas… Graine d’Eden est née du constat qu’il est difficile d’allier notre rythme de vie avec une quête de sérénité ainsi que de mon envie de partager mon expérience, mes réflexions, mes connaissances afin que vous puissiez trouver, adapter et créer vos propres méthodes quotidiennes pour cultiver votre bien-être. J’espère que vous y trouverez votre bonheur. N’hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressé par un sujet en particulier, ou tout simplement discuter.

Publicités

Et si La Lune parlait …

« Vous me demandez de m’expliquer, mais je suis si loin des mots, de la logique, de la pensée discursive, de l’intellect… Je suis un état secret et indicible, je suis le mystère où commence toute connaissance profonde, lorsque vous vous immergez dans mes eaux silencieuses sans rien demander, sans tenter de définir quoi que ce soit, hors de toute lumière. Plus vous entrez en moi et plus je vous attire. Il n’y a rien de clair en moi. Je suis sans fond, toute en nuances, je m’étends dans le royaume de l’ombre. Je suis un marécage à la richesse incommensurable, je contiens tous les totems, les dieux préhistoriques, les trésors des temps passés et à venir. Je suis la matrice. Au-delà de l’inconscient, je suis la création même. Je me dérobe à toute définition. »

« Je sais que l’on m’a adorée. Depuis que les êtres humains ont développé une étincelle de conscience, ils m’ont identifiée avec elle. Comme un cœur d’argent parfait, je brillais dans la nuit enténébrée. J’étais la lumière dont ils soupçonnaient nébuleusement qu’elle régnait dans les tréfonds de leurs âmes aveugles. Je m’étais enfoncée dans toutes les obscurités de l’univers. Là, où les entités avides guettent la moindre étincelle de conscience, dimensions de folie, de solitude absolue, de délire glacé, de ce silence douloureux que l’on appelle « poésie », j’ai reconnu que pour être il me fallait aller là où je n’étais pas. »

« Je suis tombée en moi-même, chaque fois plus profondément. Je me perdais tout en descendant vers nulle part, jusqu’à ce qu’à la fin, « moi », l’obscure, je ne sois plus. Mieux encore : j’étais une concavité infinie, une bouche ouverte contenant toute la soif du monde. Un vagin sans limite, devenu aspiration totale. Alors, dans cette vacuité, dans cette absence de contours, j’ai pu enfin réfléchir la totalité de la lumière. Une lumière ardente que je transformais en son reflet froid, non pas la lumière qui engendre mais celle qui éclaire. »

« Je n’insémine pas, je ne fais qu’indiquer. Qui reçoit ma lumière connaît ce qui est, rien de plus. C’est déjà bien assez. Pour me convertir en réception totale j’ai dû refuser de donner. Dans la nuit, toute forme rigide est anéantie par ma lumière, à commencer par la raison. Sous ma clarté, l’ange est ange, la fauve est fauve, le fou est fou, le saint est saint. Je suis le miroir universel, chacun peut se voir en moi. »

18_la_lune

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Et si La Maison Dieu parlait …

« Je suis le temple : le monde entier est un autel que je sacralise. Mon existence comme la vôtre prouve à chaque battement de cœur que le monde est divin, que la chair est une célébration vivante et la vie une construction incessante. »

« Avec moi vous connaîtrez la joie, qui est la clé du sacré. Je suis la vie même, la transformation et la reconstruction, la flamme et l’énergie du vivant, de toute la matière et de tout l’esprit. Si vous voulez entrer en moi, il faudra vous réjouir, jeter au feu les caprices enfantins de la tristesse et de la peur, et vous demander à chaque réveil : quelle est la fête ? Je suis la joie cataclysmique du vivant, l’imprévu permanent, la merveilleuse catastrophe. »

« Une couronne défensive m’éloignait du monde. Un bouchon de vieilles paroles recouvrait mon esprit, et des nuages de sentiments cristallisés, momifiés, sclérosés empêchaient la lumière de surgir des battements de mon cœur. Un manteau épais de désirs transformait mon formidable appétit de vivre et geôlier. J’étais chair sans Dieu, se consumant dans les flammes de sa propre existence, mon moi converti en prison. »

« Me méprisant, m’isolant, croyant défendre un territoire intérieur qui n’appartienne qu’à moi, qui étais-je dans l’ obscurité de cette tour ? Maître de quoi ? De quel paraître, de quelle fausse identité ? Je n’étais que l’air raréfié d’une obscurité égoïste. »

« Et soudain, de l’intérieur et de l’extérieur a surgi la force innommable, l’amour qui soutient la matière. Mon sommet s’est ouvert. Mes tréfonds aussi. Les énergies du Ciel et de la matière, s’unissant, m’ont traversée comme un ouragan. J’ai connu la brûlure du centre de la Terre, la lumière du centre de l’univers. Je recevais l’axe universel, vibrant, je n’étais plus une tour, j’étais un canal. »

« Alors la joie de l’union a éclaté. Le haut était le bas, le bas était le haut. Comme une fourmi reine j’ai commencé à engendrer des êtres joyeux. Dieu était en moi, et moi je n’étais que matière en adoration. Je savais que je pouvais éclater, que chacune de mes briques traverserait l’infini comme un oiseau. Je savais que tout ce qui avait été enfermé dans la matière jaillirait à travers moi. J’étais le pilier central d’une danse cosmique, j’étais tout simplement le corps humain en pleine réception de son énergie originelle. »

maison-dieu

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Et si Le Pendu parlait…

« Je suis dans cette position parce que je le veux. C’est moi qui ai coupé les branches. J’ai délivré mes mains du désir de saisir, de m’approprier, de retenir. Sans abandonner le monde, je me suis retiré de lui. Avec moi vous pouvez trouver la volonté d’entrer dans l’état où il n’y a plus de volonté. Où les mots, les émotions, les relations, les désirs, les besoins ne vous attachent plus. Pour me détacher, j’ai coupé tous les liens sauf celui qui m’unit à la Conscience. »

« J’ai la sensation de tomber éternellement vers moi-même. A travers le labyrinthe des mots je me cherche, je suis celui qui pense et non ce qui est pensé. Je ne suis pas les sentiments, je les observe depuis une sphère intangible où il n’y a que la paix. A une distance infinie de la rivière des désirs, je ne connais que l’indifférence. Je ne suis pas un corps, mais celui qui l’habite. Pour arriver à moi-même, je suis un chasseur qui sacrifie la proie. Je trouve la brûlante action dans l’infinie non-action. »

« Je traverse la douleur pour trouver la force du sacrifice. Peu à peu je me défais de tout ce que l’on pourrait appeler « moi ». Je rentre en moi-même incessamment, comme dans une forêt enchantée. Je ne possède rien, je ne connais rien, je ne sais rien, je ne veux rien, je ne peux rien. »

« Cependant des univers entiers me traversent, viennent me remplir de leurs tourbillons, puis s’en vont. Je suis le ciel infini qui laisse passer les nuages. Qu’est-ce qu’il me reste? Un seul regard, sans objet, conscient de lui-même, faisant de lui-même la dernière et ultime réalité. Alors j’éclate en pure lumière. Alors je deviens l’axe d’une danse totale, l’eau bénite où viennent boire les assoiffés. »

« C’est à ce moment-là que je suis l’air pur qui chasse les atmosphères empoisonnées. C’est à ce moment-là que mon corps attaché devient source cataclysmique de la vie éternelle. »

« Je ne suis plus qu’un cœur qui bat, qui propulse la beauté vers les confins de la création. Je deviens la douceur paisible dans toute douleur, l’incessante gratitude, la porte qu conduit les victimes à l’extase. Le chemin en pente par lequel on se glisse vers le haut. La lumière vive qui circule dans l’obscurité du sang. »

12

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.