Et si la Tempérance parlait…

« Je suis avec vous en permanence. Il n’y a pas une seconde où je ne sois pas avec vous, car mon essence véritable est d’être gardien. Vous n’imaginez pas le nombre de dangers et de maladies desquels je vous sauve. Je suis là, je vous surveille. Lorsque vous rêvez je veille sur vos rêves, j’écarte les cauchemars. »

« Je vous aime infiniment. Fiez-vous à moi car lorsque vous cessez de croire en ma bienveillance, je deviens de plus en plus minuscule et invisible, je perds une partie de mon pouvoir. Mais dès que vous recommencez à me voir, j’agis de mieux en mieux, à l’intérieur de vous comme dans le monde extérieur. De même qu’une mère donnerait son enfant en garde à une personne de confiance, vous pouvez vous confier à moi comme un enfant : je vous protégerai. Combien d’entre vous ont soudain pris conscience de mon existence au moment où une voiture allait les renverser et où je les ai tirés en arrière? Ou lorsque je les ai dissuadés de monter dans un avion qui allait exploser en vol? Ou encore lorsque j’ai arrêté leurs pas à quelques centimètres de l’abîme? »

« Je suis l’équilibre et la prospérité. Je suis la voix intérieure qui s’exclame : « Attention! », et qui vous évite l’erreur fatale, l’accident, le geste irréversible. »

« Pour vous, je suis en état d’alerte constante. Je suis la bienveillance de l’univers. Je communique avec la nature et toutes les entités qui gouvernent le monde pour qu’elles vous soient favorables, j’intercepte les dangers, je guide les échanges. Je suis présent(e) au nord, au sud, à l’est et à l’ouest, aux quatre coins du monde, pour que vous viviez en tout confiance. »

« On m’a appelé(e) ‘ange gardien’, c’est ainsi que l’Eglise m’a rêvé(e), sous une apparence enfantine. Je suis cela, et je suis aussi beaucoup plus que cela. Je suis une part de votre inconscient, sa part bienveillante, celle qui vous aide et vous surveille jusque dans votre sommeil. Je suis là pour vous pousser à agir lorsqu’une action est bonne pour vous. Faites-moi confiance : je suis là pour vous équilibrer. Ceux qui souffrent et se torturent ne me connaissent pas, et pourtant je suis là pour eux aussi. J’attends seulement qu’ils me voient, qu’ils m’appellent. »

« Je ne vous demande qu’une chose : me reconnaître. Si vous me reconnaissez, vous n’êtes pas seul. Mais alors, me direz-vous, que faut-il pour m’atteindre ? Je vous répondrai : il faut commencer par m’imaginer. Vous pouvez d’abord invoquer mon image enfantine d’ange gardien, c’est un bon début. Jouez avec moi comme l’enfant qui parle à son ange. Faites comme si j’existais. Imaginez que je suis là, auprès de vous, tout le temps, et que mon seul but est de vous aider. Et surtout, comme un enfant confiant, acceptez mon aide. »

« Abandonnez vos défenses. Lorsque vous avez besoin de quelques chose, demandez-le moi à voix haute: ‘Mon ange gardien, aide-moi, intercède pour moi dans ce problème, dans cette difficulté…’ Je répondrai à toutes vos demandes, qu’elles soient pratiques ou spirituelles. Demandez-moi de vous protéger, j’aime vous protéger. Dites-moi : ‘Mon protecteur, veille sur ma santé, aide-moi à trouver un travail qui me plaise vraiment, où je me réalise comme un être humain, qu’il ne manque rien à ma famille’. »

« Ou dites-moi: ‘Mon protecteur, aide-moi à garder le calme dans ces circonstances difficiles, aide-moi à progresser et à développer ma conscience, donne-moi la force, améliore ma santé, et fais que chaque jour je me rende utile à ceux qui m’entourent. J’ai confiance en toi’. »

« Même si vous ne croyez pas en moi, imitez cette croyance, et peu à peu je commencerai à apparaître. Le temps est mon allié, car il vous apporte toujours plus de sagesse. Je suis avec vous depuis la naissance jusqu’à ce moment que l’on appelle la mort, et qui est une autre naissance. »

14

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

 

 

 

Publicités

Et si l’Hermite parlait…

« Je suis arrivé au bout du chemin, là où l’impensable se présente comme un abîme. Devant ce néant je ne peux avancer. Il ne me reste qu’à marcher à reculons, en contemplant la route que j’ai déjà parcourue. A chaque pas en arrière, je forme devant moi une réalité. »

« Entre la vie et la mort, dans une crise continuelle, je tiens ma lampe allumée – ma conscience. Elle me sert, bien sûr, à guider les pas de ceux qui me suivent sur la voie que j’ai ouverte. Mais elle brille aussi pour me signaler moi-même : j’ai fait tout le travail spirituel que je devais faire. Maintenant, ô Mystère infini, viens à mon secours. »

« Peu à peu je me suis défait de toutes les attaches. Je n’appartiens plus à mes pensées. Mes mots ne me définissent pas. J’ai vaincu mes passions : détaché du désir, je vis dans mon cœur comme dans un arbre creux. Mon corps est un véhicule que je vois vieillir, passer, s’évanouir tel un fleuve au cours irrésistible. Je ne sais plus qui je suis, je vis dans la totale ignorance de moi-même. Pour arriver à la lumière, je m’enfonce dans l’obscurité. Pour arriver à l’extase, je cultive l’indifférence. Pour arriver à l’amour de toute chose, de tout être, je me retire dans la solitude. C’est là, dans le dernier recoin de l’univers, que j’ouvre mon âme comme une fleur de pure lumière. Gratitude sans demande, l’essence de ma connaissance est la connaissance de l’Essence. »

« Par le chemin de la volonté, je suis arrivé à la cime la plus haute. Je fus flamme, puis chaleur, puis lumière froide. Me voici qui brille, qui appelle et qui espère. J’ai connu la solitude complète. Cette prière va directement de moi à mon dieu intérieur: j’ai l’éternité devant mon dos. Entre deux abîmes, j’ai attendu et je continuerai d’attendre. Je ne peux plus avancer ni reculer par moi-même : j’ai besoin que Tu viennes. Ma patience est infinie comme Ton éternité. Si Tu ne viens pas, je t’attendrai ici même, car T’attendre est devenu ma seule raison de vivre. Je ne bouge plus! Je brillerai jusqu’à me consumer. Je suis l’huile de ma propre lampe, cette huile est mon sang, mon sang est un cri qui T’appelle. Je suis la flamme et l’appel. »

« J’ai réalisé ma tâche. Il n’y a que Toi, maintenant qui puisse la continuer. Je suis la femelle spirituelle, l’activité infinie de la passivité. Comme un coupe, j’offre mon vide pour qu’il soit comblé. Parce que je me suis aidé moi-même, maintenant, Toi, aide-moi. »

9

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.