Et si L’Etoile parlait …

« Dans l’infinie multiplicité des êtres et des choses, j’ai trouvé ma place – dans le monde et en moi-même, car c’est la même chose. Je n’ai plus besoin de chercher, je n’ai plus aucune image de moi-même, je suis à ma place. Ici, et partout, volontairement attachée.

« Je suis dans chaque particule de poussière, dans chaque territoire, chaque cours d’eau, chaque étoile, chaque partie de mon corps. Et comment ne respecterais-je pas le monde, et mes os, et ma chair ? Toute cette matière n’est pas à moi, elle m’a été prêtée, rien que pour un fragment de temps. Et je la respecte, car elle est mon temple – celui où réside l’impensable Dieu. L’esprit est matière et la matière est esprit, constamment l’univers naît et éclate, et au centre de lui, là où je me suis agenouillée, je suis. »

« Si je dis ‘Je suis là’, je veux dire que je suis en cela qui soutient toute vie, dans cette source incessante d’énergie que je distribue par mon esprit, mon cœur, mon sexe. Energies d’une pureté sublime, qui en jaillissant de moi nettoient le monde. Je rends son parfum à l’atmosphère, sa douceur aux eaux du fleuve, sa fertilité à la terre, et leur vie à tous les  océans. Il n’y a pas un endroit dans le cosmos dont je sois absente. »

« En chaque instant, jamais je n’abandonne la présent. Ni le passé, ni l’avenir ne peuvent m’enchaîner. Ni les regrets, ni les projets. Constante, fidèle à mon lieu, je reçois et je donne. Et quand je dis: ‘Je suis du monde et de moi-même’, cela signifie que je me rends sans réticence, éliminant jusqu’à sa racine la plus obscure toute critique. Je ne juge pas. J’aime et je sers. »

« Je ne me sépare pas, pas même de l’épaisseur d’un cheveu, j’appartiens – c’est-à-dire que je vénère, j’obéis. C’est pour cela que je suis nue, nue comme un arbre, un oiseau ou un nuage. Je suis de mon corps, de ma chair et de mon sang; étant, il m’est impossible d’abandonner ou de m’abandonner moi-même. Comment ne pas aimer ce qui me possède amoureusement ?  »

« De même que je me donne à la terre, je me donne à ma chair et à mes os. Comme je me confie aux océans, je me confie à mon sang. Comme je me livre à l’air, je me livre à ma peau; comme je m’en remets aux étoiles, je m’en remets à mes cheveux .Et pleine de cet amour d’esclave, radieuse, j’agis sur le monde et sur moi-même. J’agis, c’est-à-dire que je vais avec le monde, éliminant les obstacles, transmettant l’énergie qui vient de par-delà les étoiles. Je ne fais qu’enrichir et purifier, et nourrir, et comprendre, et purifier. De même j’agis sur moi : je m’ouvre vers tous les infinis, je laisse l’haleine des dieux circuler par tous les pores de ma peau, je n’offre aucune résistance à la circulation impétueuse de mon sang. Je permets à tous les mystères de me traverser. Et au centre de mon ventre, devenu infini, je reçois et je laisse naître la totalité de ma lumière. »

17-etoile

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s