Et si La Justice parlait…

« Là où l’esprit a la même dimension que la matière, là où on ne sait pas si la densité est la racine de l’éther, où l’éther est l’accoucheur de la densité, là, dans cet équilibre éternel et infini, je suis. L’accomplissement de l’univers est ma justice; qu’elle donne à chaque galaxie, à chaque soleil, chaque planète, chaque atome la place qu’ils méritent. Grâce à moi le cosmos est une danse. Chaque naissance, chaque spirale, chaque étoile qui s’éteint a sa place dans l’univers. Je permets à chaque être d’être ce qu’il est; chaque poussière, chaque comète, chaque être humain mérite d’accomplir la tâche que la Loi suprême lui a donnée. A la moindre déviation de ce décret, je prononce le châtiment suprême : celui qui dévie sera expulsé du présent. »

« Le bien que tu fais aux autres, je te le rends. Ce que tu ne donnes pas, je te l’enlève. Quand tu détruis, je t’élimine. Non seulement je dissous ta matière, mais j’efface toute trace de toi dans la mémoire du monde. »

« Quand j’apparais dans le corps d’une femme, elle devient une mère véritable. Enfanter, c’est donner un lieu dans l’ici et maintenant à la Conscience infinie. Moi, mère universelle, je me situe au croisement éclatant et monumental où l’océan de la matière entre en contact avec l’âme impalpable, qui se désintègre comme une pluie pour faire vivre chaque fragment dense. »

« Je suis cette perfection qui ne demande aucun ajout et ne tolère aucune soustraction : tout ce que l’on me donne, je l’avais déjà; tout ce que l’on m’enlève n’existait pas en moi. Chaque instant est juste, parfait. De l’action j’élimine toute intention subjective. Je permets que les choses soient exclusivement ce qu’elles sont. Je donne à chacun ce qu’il mérite : à l’intellect, le vide; au coeur, la plénitude d’amour; au sexe, le plaisir de la création; au corps la prospérité, qui n’est autre que la santé; à la cinquième essence, la Conscience, je lui donne son centre qui est le dieu intérieur. »

8

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Publicités

Et si Le Chariot parlait…

« Je suis plein, absolument plein de force. Rien n’est gaspillé : enraciné dans la planète, amant de toutes ses énergies, c’est avec elles que je me meus. Tel un chevalier de feu, je ne bouge pas de ma place. Je ne rampe pas sur la terre. Je vois d’en haut. Je voyage avec le temps sans jamais sortir de l’instant. Sans passé, sans futur, unique temps possible : le présent, tel un incommensurable bijou. Tout ce qui est ici n’est nulle part ailleurs. »

« Je suis la source de tous les guerriers, des champions, des héros, de toute endurance et de tout courage. Rien ne m’effraie, aucune tâche. Je peux partir en guerre ou nourrir tous les habitants de la Terre. Je suis absolument centré, en plein milieu de l’univers, traversé par toutes les énergies de la matière et de l’esprit. Si je suis une flèche, je fends mon propre coeur et cette blessure profonde, cette conscience, me transforme. Pour celui qui est éveillé, la souffrance devient une bénédiction. Je dissous les souffrances cachées dans mes os, j’unis l’état de veille au sommeil. »

« Je traverse la nuit du doute sur l’abîme de moi-même. Je tranche le noeud des énigmes. Je dépasse l’angoisse d’être, je méprise les apparences, je libère les sentiments de la raison, je détruis ce qui s’oppose à moi, je suis qui je suis. Je veux vivre aussi longtemps que l’univers. »

« Centre d’une sphère grandissante, j’envahis la dimension où la pensée ne se manifeste pas encore, où dans l’obscurité s’accomplit la gestation de l’action pure. Je réduis en poussière les essaims de paroles. Aucun miroir ne m’effraie, pas même l’âme qui se détache des morts comme un fruit désséché. »

« J’ai fait de ma malchance un diamant, de chaque abîme une source d’énergie. Tous les soleils peuvent mourir, je continuerai à briller. La force inconcevable qui soutient l’univers me soutient aussi. Je suis le triomphe de l’existant dans la vacuité. Toutes les morts et toutes les persécutions ne peuvent rien pour m’abattre, ni les cycles de l’histoire, ni le déclin successif des civilisations : je suis la conscience et la force vitale de l’humanité. »

« Lorsque je m’incarne en vous, les échecs deviennent de nouveaux points de départ, et dix mille raisons de renoncer ne valent rien au regard d’une seule raison de continuer. Je connais la peur, je connais la mort, elles ne m’arrêtent pas. Je suis la force d’action présente en chaque être vivant, le triomphe de la nature. Je sais créer, je sais détruire, je sais conserver, tout cela avec la même énergie irrésistible. Je suis l’activité même de l’univers. »

« J’avance vers toutes les dimensions de l’espace, brisant les horizons, jusqu’à arriver au but, qui est le masque du commencement. Reculant aussi, de vide en vide, à droite, à gauche, vers le bas et le haut, écartant des galaxies jusqu’à me dissoudre dans l’absence affolante, mère du premier cri qui soutient tout. »

« Je suis le triomphe de l’unité dans le brisement du verbe, je suis le triomphe de l’infini dans la crémation des ultimes limites, je suis le triomphe de l’éternité, dans mon coeur les dieux s’évanouissent. »

7

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.