Et si L’Amoureux parlait…

« Je suis le soleil de l’Arcane, le soleil blanc : presque invisible, mais éclairant tous les personnages. Je suis cette étoile : la joie d’exister, et la joie que l’autre existe. Je vis dans l’extase. Tout me donne du bonheur : la Nature, l’univers entier, l’existence de l’autre sous toutes ses formes – cet autre qui n’est autre que moi. »

« Je suis la conscience qui brille comme une étoile de lumière vivante au centre de votre coeur. Je me renouvelle à chaque instant, à tout moment je suis en train de naître. A chaque battement de votre coeur, je vous unis avec l’univers entier. C’est de moi que partent les liens infinis qui vous unissent à toute création. Ah, le plaisir d’aimer ! Ah, le plaisir de m’unir ! Ah, le plaisir de faire ce que j’aime ! Messager de la permanente impermanence, je renais à chaque seconde. Je suis comme un archer nouveau-né qui lance des flèches vers tout ce que ses sens peuvent capter. »

« Je ne suis pas la gentillesse, je ne suis pas l’ambition du bien-être ou du triomphe. Je suis l’amour inconditionnel. Je vous apprendrai à vivre dans l’émerveillement, la reconnaissance, la joie. »

« Lorsque je pénètre en vous, comme dans les personnages de l’Arcane, je communique l’amour divin à la moindre de vos cellules. Je souffle sur votre mental comme un ouragan chaleureux qui élimine du langage la critique, l’agression, la comparaison, le mépris, et toutes les gammes de l’orgueil qui séparent le spectateur de l’acteur. Je m’insinue dans votre énergie sexuelle pour adoucir toute brutalité, tout esprit de conquête, de possession. Je confère au plaisir la délicatesse sublime d’un ange qui éclate. Lorsque je me dissous dans votre corps, c’est pour le détacher de la dictature des miroirs et des modèles, du regard des autres, de la douleur des comparaisons. Je lui permets de vivre sa propre vie, d’assumer sa lumière et sa beauté. Dans le coeur où j’habite, je chasse les illusions de l’enfant malaimé. Comme la cloche d’une cathédrale, je répands dans le sang la vibration pénétrante de l’amour, dénuée de toute rancune, de toute demande émotionnelle travestie en haine, et de toute jalousie, qui n’est que l’ombre de l’abandon. Je vous initie au désir de ne rien obtenir qui ne soit aussi pour les autres. L’île du moi se transforme en archipel. »

« Tout concourt à augmenter ma joie, même ce que vous interprétez comme des circonstances négatives : le deuil, la difficulté, la petitesse, les obstacles… J’aime les choses et les êtres tels qu’ils sont, avec leurs infinies possibilités de développement. A chaque instant je les vois et je suis prêt à participer à leur épanouissement, mais aussi à accepter qu’ils demeurent tels quels. »

6

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

 

Et si Le Pape parlait…

« Je suis avant tout médiateur de moi-même. Entre ma nature spirituelle sublime et mon humanité la plus instinctive, j’ai choisi d’être le lieu où la relation s’opère. Je suis au service de cette communication entre le bas et le haut, ma mission est d’unir les apparents opposés. Un pont n’est pas une patrie : ce n’est qu’un lien de passage. Il permet la circulation des énergies créatrices de ce phénomène magnifiquement illusoire qu’on appelle l’existence. Ce n’est pas en m’isolant, c’est en empruntant tous les chemins que je communique la bonne nouvelle. »

« J’incarne la bénédiction : en face de moi, vous êtes en présence du mystère. Habité par la divinité, le moindre de mes gestes prend la dignité du sacré. Pour devenir le lieu où transite la volonté divine, j’ai appris à nettoyer de tout obstacle les sentiers de ma communication, même de mes propres traces. Je me conduis au néant pour que l’Être suprême prenne toute la place en moi. Je me conduis au mutisme pour que ce soit Lui et Lui seul qui parle. Je bannis de ma bouche tout mot qui m’appartienne, je submerge mon coeur dans la paix et l’absence de désirs pour laisser place seulement à Son amour et j’élimine de ma volonté jusqu’à la volonté d’éliminer la volonté. »

« Il y a en moi le même ordre que dans l’univers. Je suis un vaisseau vide, sans forme, qui transporte la lumière là où le vent le pousse. Je me place entre ciel et terre, j’exhorte les habitants de l’espoir à s’élever jusqu’où il n’y a pas de limites. A tout ce qui est enraciné dans la matière ou dans l’esprit, je communique la puissance supérieure qui donne vie à ce qui est inanimé. C’est par moi que la chair monte vers l’esprit pour éclater en un feu d’artifice sublime. C’est par moi que le troupeau des énergies angéliques descend vers la froideur de la matière pour s’y dissoudre en ondes de chaleur aimante. »

« Je repousse toute malédiction. Je bénis ce que j’entends, ce que je vois, ce que je sens. J’appelle l’amour, comme un oiseau aux dimensions démesurées, pour qu’il se pose sur la petitesse d’un coeur. Que fais-je de vos querelles de famille, de vos peines, de vos blessures? Je les fais se mettre à genoux et prier. Laisser-moi venir en vous : je bénirai tout votre monde et jusqu’à vos problèmes. »

« Investissez vos actions de ma mission, éveillez-vous à la force du sacré : le moindre de vos geste, le moindre de vos actes à son tour deviendra sacré. Vous connaîtrez l’extase de celui qui ne parle pas en son propre nom. »

« La crosse dans ma main n’est pas un instrument pour donner des ordres. Elle est le symbôle de mon anéantissement joyeux. J’ai pacifié mes désirs, transformé cette meute de loups affamés en un vol d’hirondelles qui célèbrent l’aube de leurs chants. L’océan tumultueux qui agitait mon coeur, j’en ai fait un lac de lait, calme et doux comme celui qui coulait du sein de la Vierge. Quiconque est assoiffé peut venir boire à mon esprit. Je ne refuse rien à personne. Je suis la porte qui peut être ouverte par toutes les clés. »

« Celui qui entre dans mon âme peut avancer jusqu’à l’extrême limite de l’univers, jusqu’à la fin du temps : je suis la dernière frontière entre les mots et l’impensable. »

5

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Et si L’Empereur parlait…

« Je suis la sécurité. Je suis la force même. Lorsque je parle en vous, je vous fais entendre qu’il n’y a pas de faiblesse. Tant que vous ne m’avez pas perçu, vous ne connaissez que l’insécurité. Vous n’avez pas le pouvoir de faire, de vous exprimer, de vous opposer : vous êtes une victime. Mais avec moi votre peur cesse. Vous cessez de douter et de vous dévaloriser. Personne ne peut vous obliger à faire ce que vous ne voulez pas faire. »

« Mes lois sont les lois de l’univers en action. Lorsqu’on ne s’oppose pas à elles, elles sont infiniment pacifiques. Mais lorsqu’on leur désobéit, elles sont terribles. Je suis capable de déclencher en vous la maladie, l’infarctus, les tumeurs, la cirrhose. Si vous n’obéissez pas aux lois que j’ordonne, je peux détruire. J’ai le droit de tuer. Mais si vous êtes malade et que je vous habite, je vous ferai traverser la douleur et les difficultés, dissoudre les obstacles. Je suis la santé cachée dans un corps souffrant. »

« Je suis invincible. Je ne m’attarde pas dans les conflits : je fais la guerre. Je ne m’avoue jamais perdant. Je suis la certitude. Nul ne peut me détrôner. »

« Je suis un axe, j’ordonne tout autour de mes lois. Je fais régner l’ordre de toute les manières, de la plus douce à la plus féroce. Lorsque je vous habite et que vous rencontrez un autre Empereur, nous unissons nos forces. Il n’y a pas de compétition possible, pas de combats de rois. Je suis un archétype unique qui réside en chacun de vous. »

« Lorsque je me manifeste dans votre corps, vous êtes en plein équilibre, incapable de trébucher. Avec moi, le corps est le centre de l’univers, il est soutenu par une force immense et peut faire face à n’importe quoi. Je suis terriblement calme. Lorsque je me place dans votre bouche, dans votre musculature, vos mots sont exacts, vous ne tremblez pas. Tout en vous s’apaise : la vie organique, les pensées, les désirs, le coeur, la mémoire, le temps et l’espace. »

« Placez-moi au centre de vous comme une source inépuisable, comme la racine de votre envol futur. Alors l’angoisse ne vous interdira pas de vivre ni de vous réaliser, l’impuissance et la paresse n’auront pas de prise sur votre action. La peur de la misère ne s’opposera pas à votre travail, vous serez capable de construire votre prospérité. Les orages émotionnels ne vous distrairont pas de votre oeuvre, la douleur et la maladie ne vous empêcheront pas de sentir votre force, rien ne pourra briser votre concentration. »

« Ni vos réticences intellectuelles, ni votre timidité, ni votre identification au rôle de victime, ni les souffrances du passé, ni la mauvaise image que vous avez de vous-même ne vous empêcheront de me trouver, moi,  votre Empereur. Si une éducation toxique ou un système de valeurs néfastes ont imprimé en vous de fausses lois, des règles inutiles, balayez-les ! Etablissez vos règles, votre système de travail, vos actions à partir des lois que je vous révèle. Je suis là, j’apparais, et derrière moi il y a toute une armée – le soleil, les étoiles, les galaxies. Je vous proyège et vous exhorte à la force. »

« Je suis votre guerrier intérieur, celui qui voit vos faiblesses et qui ne faiblit pas. »

4

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Et si L’Impératrice parlait…

« Je suis la créativité sans finalité précise. J’éclate en une inifinité de formes. C’est moi, après l’hiver, qui colore de vert toute la terre. C’est moi qui remplis le ciel d’oiseaux, les océans de poissons. Lorsque je dis « créer », je parle de transformer : c’est moi qui fais éclater la graine et surgir le germe. Si je me mets à engendrer des enfants, je peux donner naissance à une humanité entière. S’il s’agit de porter des fruits, je produis tous les fruits de la nature. Mon esprit n’est pas en reste : un mot, un cri et j’accouche d’un monde… Je suis l’esprit créatif. Ecoutez-moi et laissez-moi agir en vous, car je vous apporte la guérison : tout problème, toute souffrance vient d’un moi figé par l’incapacité de créer. »

« Je suis l’activité, la séduction, le plaisir. Il n’y a rien de moi qui ne soit pas beau. Pas de dévalorisation : je suis ce que je suis, toujours pleine et vivante. Dès que je m’incarne dans un corps, il devient sublime. Rien ni personne ne peut me résister, je suis la séduction spirituelle, charnelle, totale. En moi il n’y a rien de repoussant, de ridicule ou de laid. »

« Laissez-moi exulter en vous : je suis le plaisir d’être ce que vous êtes, sans préjugés et sans morale. Vous êtes beaux ! Vous êtes belles ! La laideur est illusion, limite imposée par un regard malade. Tout ce qui est vivant est adorable. Je vous enseigne que toutes vos idées sont belles. Même vos pensées les plus atroces, les plus criminelles, les plus basses, vous pouvez les considérer dans leur splendeur. L’abondance de pensée est permise. Laissez-les briller comme des étoiles éphémères au firmament de votre esprit. Rien ne vous oblige à les mettre en pratique. Laissez-les passer comme autant de formes fantastiques. »

« Vos sentiments aussi sont merveilleux. Tous sans exception. Quelle belle jalousie ! Quelle puissante colère ! Quelle merveilleuse tristesse ! Ne restez pas enfermé dans votre château-fort ! Faites de lui un temple toutes portes et fenêtres ouvertes: toutes les émotions sont à votre disposition, comme un arc-en-ciel de nuances. »

« Tous vos désirs sont respectacles. Laissez-vous traverser par le désir. Tout dans votre corps est harmonieux. La moindre cellule est un monde. La vie est un constant miracle. »

« Si vous adoptez mes idées, vous deviendrez un être lumineux. Si vous croyez en mes sentiments, vous arriverez à la grâce. Chaque sensation que vous avez de vous est un chemin vers la beauté. Soyez sûr de votre pouvoir de séduction. Lorsque la Vierge a séduit son Créateur, j’étais là. Si elle ne m’avait pas connue, elle n’aurait pas pu l’attirer. La séduction est un état mystique, c’est le dialogue amoureux de la créature avec son créateur. »

3

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Et si La Papesse parlait …

« J’ai fait alliance avec ce mystère que j’appelle Dieu. Depuis lors, je ne vois dans le monde matériel que Sa manifestation. Lorsque je contemple ma propre chair, du bois, de la pierre, j’y décèle l’énergie et la présence du Créateur. Chaque nuance, chaque tissu, chaque variation de la réalité est une de Ses apparences qui se manifeste dans Son infinie variété. Je vis dans le monde de l’énergie divine. Je palpite avec toute la matière, sous mes pieds la planète entière frémit : elle est encore une manifestation de Lui, plus vaste. Je vibre au diapason de l’univers, avec le feu, les océans, les tempêtes, les étoiles… L’énergie de toute la création vient à moi. »

« Et cependant, je suis un être vierge. Rien n’est entré en moi que l’impensable Dieu, je ne connais pas l’impureté. »

« Je ne peux prendre contact avec vous que dans cette dimension intouchée et sacrée de votre être, votre essence virginale. Si vous venez me parler de passion, de sexualité, d’émotion, je ne vous comprendrai pas. Je suis bien au-delà de tout cela, au-delà de toute angoisse et même de la mort. Car si Dieu est dans la matière, elle est immortelle, et je n’ai plus aucune peur ni aucun désir. »

« Je vous offre donc de me rejoindre avec ce qu’il y a de divin en vous. Si vous devenez comme moi, vous pourrez entrer en moi. Votre souffrance est impure, votre passé est impur, ne venez pas à moi avec ce qui est pollué, sortez de cet état. Car l’impureté est une illusion, de même que la culpabilité. Acceptez la splendeur virginale de votre être ! Il y a en vous tous, êtres humains, un état qui ne se donne jamais qu’à Dieu, qui ne peut être possédé que par Lui et qui est constamment en relation avec Lui. Il en est de même pour tout le monde vivant: dans chaque plante il y a un centre intact. Dans tout langage, c’est l’inneffable contenu dans les mots qui vous parle. »

« Comprenez que rien n’est à vous, que vous ne possédez pas ce corps, ces désirs, ces émotions, ces pensées. Tout cela est à Lui, à l’inconnu éternel et infini qui vous habite. Donnez-vous à Lui. Recevez-Le. »

« Je suis impitoyable, j’exige que vous fassiez ce travail et que vous abandonniez, pour vous unir à moi, tout ce qui n’est pas digne de devenir le calice où la divinité pourra se loger. Je suis comme ces temples où l’on pratique l’exorcisme, où il faut ôter ses chaussures pour entrer, où l’on purifie l’air avec des encens, où on lave les croyants avec de l’eau bénite. »

« En union avec la puissance que je perçois dans tout, mes faiblesses et mes doutes s’évanouissent. J’habite mon corps comme un lieu sacré, je peux à chaque instant me donner la place qui me correspond. Je suis plongée dans mon oeuvre et personne ne m’en fait dévier. Personne ne peut me prendre ou m’attacher avec ses sentiments, ses désirs, ses projections mentales. On ne me distrait pas. Nul ne peut me faire dévier de ce que je veux. Moi-même, je ne veux rien, j’obéis à la Volonté divine. »

« Je ne suis pas indulgente, je suis inflexible. Je ne détiens aucun secret, car je suis vide. Je me donne à Dieu, qui est le seul secret. »

2

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Et si le Bateleur parlait…

« Je suis dans le présent. Quelque action que je souhaite entreprendre, le temps est venu de l’engager. Tout mon avenir est en germe dans les décisions que je prends en cet instant. Faites comme moi: voyez tous les moments où vous n’êtes pas vous-même, où vous ne vivez pas dans l’ici et maintenant qui est le moment de l’éternité et le lieu de l’infini. Qu’attendez-vous? Défaites-vous de ces fardeaux inutiles que sont les reliquats du passé et la peur de l’avenir. J’incarne l’énergie que l’on appelle Conscience. Je suis absolument présent ici, dans ce corps, parmi d’autres corps, dans un espace et un temps donnés. »

« Je ne suis pas séparé de ce qui m’entoure. Je suis conscient de la multiplicité effarante de tout ce qui est. Je vous invite à vivre avec moi cet inventaire. Soyez conscient de tous les espaces, de toute la matière: arbres, planètes, galaxies, atomes, cellules. Si je suis conscient, je ne suis pas seulement un esprit limité dans une forme donnée, je deviens la totalité de l’oeuvre divine. »

« Comment être conscient? C’est simple: il ne doit pas y avoir de passé en vous, pas de futur, rien qu’un moment: le moment cosmique. Il faut couper une fois pour toutes avec les déviations de l’égo, les vieilles blessures. Il faut se détacher de tout plan, de toute souffrance, de toute programmation. C’est alors qu’on arrive à la lumière de la Conscience. Si vous êtes vivant, pour vous, dans l’instant, la mort n’existe pas. Vous avez subi des pertes dans le passé et vous en subirez peut-être dans l’avenir, mais ici et maintenant, il n’y a rien de perdu. Vous aspirez peut-être à vous perfectionner, à améliorer votre vie, mais dans le moment, il n’y a pas d’aspirations. Vous êtes là, avec tout votre potentiel. »

« Moi, le Bateleur, je prends place dans ce croisement de l’éternité et de l’infini que l’on appelle le présent. Je suis fidèle à tout ce que je suis: mon corps, mon intelligence, mon coeur, ma force créative. Ma table de chair a ses trois pieds enracinés dans le sol, je m’ancre quelque part dans la diversité, et depuis ce point, j’agis. Parmi l’infini des possibles j’en choisis un, mon denier doré, point de traction qui me mènera à la totalité. »

1

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.

Et si Le Mat parlait …

« Sais-tu qu’à chaque instant une mutation de conscience est possible, que tu peux soudainement changer la perception que tu as de toi? On s’imagine parfois qu’agir, c’est triompher sur l’autre. Quelle erreur! Si tu veux agir dans le monde, il faut que tu fasses éclater cette perception du moi imposée, incrustée depuis l’enfance, qui refuse de changer. Elargis tes limites, sans fin, sans relâche. Entre en transe. »

« Laisse-toi posséder par un esprit plus puissant que le tien, une énergie impersonnelle. Il ne s’agit pas de perdre conscience, mais de laisser parler la folie originelle, sacrée, qui est déjà en toi. »

« Cesse d’être ton propre témoin, cesse de t’observer, sois acteur à l’état pur, une entité en action. Ta mémoire cessera d’enregistrer les faits, les actes, les paroles accomplis. Tu perdras la notion du temps. Jusqu’ici tu vivais sur l’île de la raison, négligeant les autres forces vivantes, les autres énergies. Le paysage s’élargit. Unis-toi à l’océan de l’Inconsient. »

« Tu connais alors un état de supraconscience où il n’y a ni acte manqué, ni accident. Tu n’as pas la conception de l’espace, tu deviens l’espace. Tu n’as pas la conception du temps: tu es le phénomène qui arrive. Dans cet état de présence extrême, chaque geste, chaque action sont parfaits. Tu ne peux pas te tromper, il n’y a ni plan ni intention. Il n’y a que l’action pure dans l’éternel présent. »

« N’aie plus peur de libérer l’instinct, si primitif soit-il. Dépasser le rationnel ne signifie pas nier la force mentale: sois ouvert à la poésie de l’intuition, aux fulgurances de la télépathie, à des voix qui ne t’appartiennent pas, à une parole venue d’autres dimensions. Vois-les s’unir à l’étendue infinie de tes sentiments, à l’inépuisable force créatrice que te confère l’énergie sexuelle. Vis ton corps non plus comme un concept du passé, mais comme la réalité subjective vibrante du présent. Tu verras que ton corps cesse d’être commandé par les conceptions rationnelles et se laisse mouvoir par des forces qui appartiennent à d’autres dimensions, par la totalité de la réalité. Un animal en cage a des mouvements comparables à la perception rationnelle. Le mouvement en liberté d’un animal dans la forêt est comparable à la transe. L’animal en cage doit être nourri à des heures fixes. Le rationnel doit recevoir, pour agir, des mots. L’animal sauvage se nourrit lui-même et ne se trompe jamais de nourriture. L’être en transe n’agit pas mû par ce qu’il a appris, mais par ce qu’il est. »

0

 

Source: La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky.